Le darwinisme social partie 3: Une caution idéologique sans fondement scientifique

Bonjour à tous.

Voici l’avant dernière partie, de cette étude. La prochaine partie parlera des conséquences dans notre vie de tous les jours et des solutions à apporter, à ce darwinisme social bien plus ancré que nous le pensons.

La théorisation scientifique de l’ascendance du capitalisme

Quand Darwin publie L’‘origine des espèces, l’Angleterre est en pleine période victorienne, et la bourgeoisie européenne s’est installée au pouvoir, prête à conquérir le monde. La société fourmille d’exemples de « self-made men », des hommes partis de rien et qui, portés par l’essor industriel capitaliste, se retrouvèrent à la tête d’entreprises prospères. A l’époque, la classe dominante est toujours traversée de courants radicaux qui remettent en cause les privilèges héréditaires, qui constituent des freins aux nouvelles formes de développement offertes par le capitalisme. Spencer fréquente ce milieu des « dissidents », fortement ancré dans l’anti-socialisme. 4 Il ne voit dans la misère noire de la classe ouvrière anglaise, que les stigmates provisoires d’une société en adaptation et qui, sous l’effet de l’explosion démographique, finira par se réorganiser, constituant ainsi un facteur de progrès. Pour lui, le progrès est inévitable, puisque les hommes s’adapteront à l’évolution de la société, si tant est qu’on les en laisse libres.

Cette euphorie est à peu près partagée par l’ensemble de la bourgeoisie. S’y ajoute un fort sentiment d’appartenance à la nation qui achève sa construction et qui peut être renforcé par les événements guerriers comme en France suite à la défaite contre la Prusse. Le développement de la lutte de classe, qui accompagne le développement du capitalisme, pousse la bourgeoisie à développer une autre conception de la solidarité sociale, fondée sur des données qu’elle espère indéniables.

Tout ceci constitue le terreau d’une théorisation de l’ascendance capitaliste et de ses effets immédiats : la prolétarisation dans la sueur, la colonisation dans le sang, la concurrence dans la boue.

Il s’agit là du caractère fondamental du darwinisme social car du point de vue scientifique, il n’apporte aucune réponse correcte aux questions fondamentales qui traite.

Une caution idéologique sans fondement scientifique

Jamais la science, même parfois avec la meilleure des volontés, n’est parvenue à démontrer les hypothèses de base du “darwinisme social”.

Déjà le nom de ce courant de pensée est incorrect : Darwin n’est pas le père de l’eugénisme, ni du libéralisme économique, ni de l’expansion coloniale, ni du racisme scientifique. Darwin n’est pas malthusien non plus. Bien plus encore, c’est lui qui, parmi les premiers, apporte la contradiction la plus développée aux théories de Spencer et de Galton.

Après avoir exposé sa vision du développement et de l’évolution des organismes dansL’origine des espèces , Darwin se penche, douze ans plus tard, sur les mécanismes à l’oeuvre au sein de sa propre espèce, l’homme. En publiant La filiation de l’homme en 1871, il va contredire tout ce que parallèlement, le darwinisme social est en train de construire. Pour Darwin, l’homme est bien le produit de l’évolution et se place donc bien au sein du processus de sélection naturelle. Mais chez l’homme, le processus de lutte pour la survie ne va pas passer par l’élimination des faibles : « Nous autres hommes civilisés, au contraire, faisons tout notre possible pour mettre un frein au processus de l’élimination ; nous construisons des asiles pour les idiots, les estropiés et les malades ; nous instituons des lois sur les pauvres ; et nos médecins déploient toute leur habileté pour conserver la vie de chacun jusqu’au dernier moment. Il y a tout lieu de croire que la vaccination a préservé des milliers d’individus qui, à cause d’une faible constitution, auraient autrefois succombé à la variole. Ainsi, les membres faibles des sociétés civilisées propagent leur nature. » 5

Ainsi, par le principe de l’évolution, l’homme s’extrait du mécanisme de la sélection naturelle en plaçant au-dessus de la lutte compétitive pour l’existence, tout ce qui contribue à favoriser le processus de civilisation, à savoir les qualités morales, l’éducation, la culture, la religion… ce que Darwin nomme les “instincts sociaux”. De cette façon il remet en cause la vision de Spencer de la prépondérance de l’inné sur l’acquis, de la nature sur la culture. Par la civilisation, donc sur le plan social, la sélection naturelle n’agit plus comme au niveau des organismes. Elle est au contraire conduite à sélectionner des comportements sociaux qui s’opposent aux lois de la sélection naturelle. C’est ce que met clairement en évidence Patrick Tort dans sa théorie sur “l’effet réversif de l’évolution”.

Alors que le “darwinisme social” ne voit dans l’évolution des sociétés humaines que le résultat d’une sélection des individus les plus aptes, Darwin au contraire y voit la reproduction croissante des instincts sociaux comme l’altruisme, la solidarité, la sympathie, etc. La première conception pose le capitalisme comme cadre le plus approprié au “progrès social” alors que la seconde démontre avec force que les lois économiques du capitalisme, basées sur la concurrence, interdisent à l’espèce humaine de développer pleinement ses instincts sociaux. C’est en éliminant cette dernière entrave historique, en abolissant le capitalisme, que l’humanité pourra construire une société où ces instincts sociaux prendront leur totale mesure et conduiront à leur tour la civilisation humaine à son accomplissement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *