Le darwinisme social partie 2: répercussions, conséquences et persistances idéologiques.

Avant de réellement  analyser l’impact du darwinisme social dans nos sociétés, nous allons d’abord poser les bases. Ensuite nous rentrerons dans l’analyse et définiront une autre façon pour travailler et éviter les problématiques de ce darwinisme.

Parlons donc des répercussions, conséquences et persistances idéologiques. Nos informations proviennent de :

https://fr.internationalism.org/icconline/2009/le_darwinisme_social_une%20_ideologie_reactionnaire_du_capitalisme.html

Nous nous baserons sur leurs études avant de proposer notre solution.

Du strict point de vue scientifique, les travaux de Spencer inspireront des études plus ou moins variées, comme la crâniologie (l’étude de la forme et la taille du crâne, dont les résultats s’avèreront finalement arrangés), les tentatives de mesure de l’intelligence ou encore l’anthropologie criminelle avec la théorie du « criminel né » de Lambroso, dont les échos se font encore entendre aujourd’hui dans les sphères politiques bourgeoises quand il s’agit de détecter au plus tôt le futur criminel.

La prépondérance de l’inné conduit également Spencer à dessiner les contours d’une politique éducative dont les répercussions sont encore visibles dans le système scolaire primaire britannique, qui cherche à fournir à l’enfant un environnement propre à son épanouissement personnel, à ses propres recherches et découvertes, plutôt que de fournir un enseignement magistral susceptible de développer de nouvelles aptitudes. C’est également le fondement théorique qui sous-tend le concept d’ « égalité des chances ».

Mais la descendance la plus réputée du darwinisme social réside avant tout dans l’eugénisme. C’est Francis Galton, cousin de Charles Darwin, qui pose les premiers concepts de l’éugénisme en suivant l’intuition sous-jacente de Spencer selon laquelle si la sélection naturelle doit conduire de façon mécanique au progrès social, tout ce qui l’entrave ne peut que retarder l’accession de l’humanité au bonheur. Plus simplement, Galton craint que les mesures d’ordre social que la bourgeoisie est amenée à prendre, la plupart du temps sous la pression de la lutte de classe, induisent à terme une dégénérescence globale de la civilisation.

Alors même que Spencer serait plutôt adepte du « laisser-faire », de la non intervention de l’État (un de ses ouvrages, paru en 1850, porte le titre Le droit d’ignorer l’État) Galton va préconiser des mesures actives pour faciliter la marche de la sélection naturelle. Il inspirera ainsi longtemps et plus ou moins directement des politiques de stérilisation des malades mentaux, la pratique de la peine de mort pour les criminels, etc. L’eugénisme est également toujours considéré comme caution scientifique centrale dans les idéologies fascistes et nazies, même si déjà chez Spencer, les éléments sont présents pour élaborer des visions racistes conduisant à la hiérarchisation des races. Dès le 19e siècle, les travaux de Spencer sont utilisés pour démontrer les fondements biologiques du retard technologique et culturel de populations dites « sauvages », justifiant scientifiquement les politiques coloniales en leur donnant une caractéristique morale de civilisation, alors même qu’elles sont fondamentalement rendues nécessaires par la contraction des marchés locaux.

Cependant, l’eugénisme permet de franchir un pas supplémentaire en envisageant la suppression de masses d’individus jugés inaptes et donc en mesure potentiellement de retarder le progrès de la société. Alexis Carrel, en 1935, ira même jusqu’à préconiser, et même décrire avec force détails, la création d’établissements où se pratiquerait l’euthanasie généralisée.

Pour autant, il ne faudrait pas voir le darwinisme social que sous l’angle théorique et scientifique. Cette pensée s’inscrit d’abord dans un contexte historique qu’il convient d’apprécier et qu’elle tente d’accompagner et de justifier. L’influence de la période est fondamentale pour comprendre comment ce courant s’est développé, de même qu’il est important de retenir que si les réponses qu’il y apporte sont globalement fausses, les questions qu’il pose constituent toujours le cœur de la compréhension que l’homme doit avoir de son propre développement social.

5 Replies to “Le darwinisme social partie 2: répercussions, conséquences et persistances idéologiques.”

  1. Hi! I just wanted to ask if you ever have any trouble with hackers? My last blog (wordpress) was hacked and I ended up losing a few months of hard work due to no backup. Do you have any solutions to protect against hackers?

  2. It is appropriate time to make a few plans for the future and it’s time to be happy. I have learn this submit and if I may I wish to counsel you few fascinating issues or advice. Maybe you could write next articles referring to this article. I wish to learn even more issues approximately it!

  3. Very well written story. It will be supportive to anybody who employess it, as well as yours truly :). Keep doing what you are doing – for sure i will check out more posts.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *